La Cassemichère, 44330 La Chapelle-Heulin
02 40 06 74 07
Mon panier
Aucun article

Château Cassemichère, site touristique de prestige

>
logo-Chateaucassemichere
» » Vignoble nantais. Le vigneron volé garde le moral et un grand cœur
Vignoble nantais. Le vigneron volé garde le moral et un grand cœur

Philippe Ganichaud sort tout juste la tête de l’eau. Lundi 6 avril, le vigneron heulinois s’est noyé dans les appels et les sollicitations. Entre les gendarmes, les assurances, les journalistes et "les nombreux messages de soutien", la journée a été longue. Et elle a débuté de manière inhabituelle : dans l’habitacle de sa voiture garée devant un de ses chais, au Pallet. "J’ai passé la nuit de dimanche à lundi là, à guetter s’ils revenaient."

Une vente de vieux millésimes au profit du personnel soignant

Mais Philippe Ganichaud n’a rien vu. Aucune trace de ces ombres "bien renseignées" qui, les deux nuits précédentes, s’étaient faufilées dans le bâtiment pour faucher des centaines de cartons de ses meilleurs crus, "muscadet haut de gamme, vieilles vignes et méthode traditionnelle". Le décompte est douloureux : environ 1 800 bouteilles ont été volées au total. Pour un préjudice estimé à "18 000 €".

Le vigneron a déposé plainte. Sur la page Facebook du château de la Cassemichère, domaine qu’il dirige avec son frère Vincent, il incite ses confrères à ouvrir l’œil. D’autant qu’il a appris qu’un voisin s’est fait dévaliser sa cave particulière : 300 grands crus français volatilisés au cours d’un cambriolage.

"Vexé", "dégoûté", Philippe Ganichaud est "passé par un peu tous les sentiments" au cours du week-end. Le vol intervient après le gel d’une partie de ses parcelles de chardonnay, au beau milieu d’un confinement qui freine drastiquement l’activité du château, habitué à accueillir près de 10 000 personnes par an dans ses caves historiques et ses chambres d’hôtes.

« Je préfère regarder de l’avant »

Aujourd’hui, le vigneron "relativise" : "Ce n’est que matériel. J’ai une assurance, je ne récupérerai sans doute pas tout, mais je préfère regarder de l’avant." Vers le 8 avril, déjà, jour où la Cassemichère a prévu de débuter une vente exceptionnelle de ses vieux millésimes. Une centaine de bouteilles à acquérir pour la bonne cause : "L’argent récolté servira intégralement à soutenir le personnel hospitalier", explique Philippe Ganichaud, passionné de handball et grand ami de Cyril Dumoulin, le gardien du HBC Nantes dont la collecte et la vente de maillots de sportifs au profit des soignants font un tabac.

"Il me tenait à cœur de participer à son action, sourit le viticulteur. On ne change rien à nos plans. Ce qui se passe à l’hôpital est bien plus important qu’un cambriolage. La mère d’une amie touchée par le coronavirus est à l’hôpital et je pense aussi à ma mère qui souffre de gros problèmes d’insuffisance respiratoire. La santé, ça reste la priorité."

Article publié sur le site www.ouest-france.fr
Voir l'article en ligne